Lycée Gaspard Monge – La Chauviniere

Lycée Polyvalent – Nantes

Pays de la Loire
Sélectionner une page

Le PILP 2018

vendredi-lecture-focus-sur-les-prix-litteraires-2017-istock-com-maica-209-1510240777.jpg Le PILP (Prix littéraire Inter Lycées Professionnels et Technologiques) est réalisé en partenariat avec Cezam qui réunit un certain nombre de Comités d’Entreprise, les bibliothèques de Nantes, et les documentalistes des lycées nantais.

Participation au PILP (Prix littéraire Inter Lycées Professionnels et Technologiques)

En partenariat avec Cezam qui réunit un certain nombre de Comités d’Entreprise, les bibliothèques de Nantes, et les documentalistes des lycées nantais désireux de participer à ce projet, un jury volontaire d’élèves désigne, à partir d’une sélection de dix romans, le lauréat du PILP, vote qui sera pris en compte pour la désignation du Prix des Lecteurs Nantais.

Objectif de ce projet:

  • favoriser la découverte d’auteurs contemporains
  • sortir la lecture de son contexte scolaire
  • amener les élèves à développer un esprit critique et à discuter au sein de comités de lecture
  • rencontrer des lecteurs adultes
  • échanger avec les auteurs autour de leur roman ou de l’écriture.

Les lycées partenaires pour cette nouvelle année sont Lycée Monge-Chauvinière, Lycée Arago , Lycée Bougainville , Lycée Camus, Lycée Mandela

Les romans de la sélection :
Dans la forêt

Auteur : Hegland, Jean Editeur : Gallmeister

Rien n’est plus comme avant : le monde tel qu’on le connaît semble avoir vacillé, plus d’électricité ni d’essence, les trains et les avions ne circulent plus. Des rumeurs courent, les gens fuient. Nell et Eva, dix-sept et dix-huit ans, vivent depuis toujours dans leur maison familiale, au cür de la forêt. Quand la civilisation s’effondre et que leurs parents disparaissent, elles demeurent seules, bien décidées à survivre. Il leur reste, toujours vivantes, leurs passions de la danse et de la lecture, mais face à l’inconnu, il va falloir apprendre à grandir autrement, à se battre et à faire confiance à la forêt qui les entoure, emplie d’inépuisables richesses. Considéré comme un véritable choc littéraire aux États-Unis, ce roman sensuel et puissant met en scène deux jeunes femmes qui entraînent le lecteur vers une vie nouvelle.

Jusqu’à la bête

Auteur : Demeillers, Timothée Editeur : Asphalte éditions

« Ce sont eux qui décident. Pas moi. Je suis complètement dépendant de la cadence de la chaîne. » Erwan est ouvrier dans un abattoir près d’Angers. Il travaille aux frigos de ressuage, dans un froid mordant, au rythme des carcasses qui s’entrechoquent sur les rails. Une vie à la chaîne parmi tant d’autres, vouées à alimenter la grande distribution en barquettes et brochettes. Répétition des tâches, des gestes et des discussions, cadence qui ne cesse d’accélérer…Pour échapper à son quotidien, Erwan songe à sa jeunesse, passée dans un lotissement en périphérie de la ville, à son histoire d’amour avec Laëtitia, saisonnière à l’abattoir, mais aussi à ses angoisses, ravivées par ses souvenirs. Et qui le conduiront à commettre l’irréparable.

Le dernier arrivé

Auteur : Balzano, Marco Editeur : P. Rey

Ninetto, 57 ans, incarcéré dans une prison milanaise, dont il va bientôt être libéré, repense à sa jeunesse. Alors qu’il n’a que 9 ans, celui qu’on surnomme Sac d’os et qui se rêve poète abandonne, à contrecoeur et poussé par son père, son village natal de Sicile pour Milan. C’est un nouveau monde qui s’ouvre à lui, dans lequel le jeune garçon se jette à l’aveuglette. Il arpente la ville inconnue, trouve un logis, un emploi, en change’ et les années passent, jusqu’à ce que l’enfant s’efface pour devenir adolescent, découvrir l’amour ‘ et l’usine. Il fuit pour se marier avec une jeune femme, Maddalena, dans son village natal, où il comprend que les années ont passé et qu’il n’y a plus sa place. De retour dans le Nord, commence la vie d’adulte : Ninetto entre chez Alfa Romeo, où il travaillera à une chaîne de montage pendant trente-deux ans et militera en tant que syndicaliste. Lui et Maddalena auront une fille, Elisabetta. Parallèlement, le lecteur découvre le présent de Ninetto : la prison, ses camarades de cellule, sa libération’ Il retrouve Maddalena et une vie qui ne l’a pas attendu : la ville a changé, les usines ont fermé, Ninetto ne s’y reconnaît plus. Trop vieux, incapable de comprendre comment fonctionne un ordinateur, il lui faut chercher du travail. Or personne ne veut de lui, à l’exception des derniers arrivés , les nouveaux immigrés, le propriétaire égyptien d’une pizzeria et les jeunes gérants chinois d’un bar. Les deux récits finissent par se rencontrer et l’on comprend pourquoi Ninetto a été incarcéré, pourquoi sa fille ne lui parle plus et refuse qu’il rencontre sa petite-fille de 5 ans. Dans un style vif et original, Marco Balzano signe ici un roman émouvant et intense : l’histoire douloureuse d’un petit garçon devenu homme mais aussi celle de tant de derniers arrivés . Un récit d’autant plus fort qu’il résonne avec l’actualité et offre une réflexion singulière et riche sur les migrations.

Dans l’épaisseur de la chair

Auteur : Blas de Roblès, Editeur : ZULMA

C’est l’histoire de ce qui se passe dans la tête d’un homme. Ou le roman vrai de Manuel Cortès, rêvé par son fils – avec le perroquet Heidegger en trublion narquois de sa conscience agitée –, Manuel Cortès dont la vie pourrait se résumer ainsi : fils d’immigrés espagnols tenant bistrot dans la ville de garnison de Sidi-Bel- Abbès, en Algérie, devenu chirurgien, engagé volontaire aux côtés des Alliés en 1942, accessoirement sosie de l’acteur Tyrone Power – détail qui peut avoir son importance auprès des dames…Et puis il y a tout ce qui ne se résume pas, tous ces petits faits vrais de la mythologie familiale, les manies du pêcheur solitaire en Méditerranée, les heures douloureuses du départ dans l’urgence, et celles, non moins dures, de l’arrivée sur l’autre rive de la mer, de cette famille rapatriée. Dans l’épaisseur de la chair est un roman ambitieux, émouvant, admirable. Qui s’ancre d’abord dans l’amour, l’estime infinie d’un fils pour son père.En bref… C’est, à travers l’histoire personnelle d’un homme, tout un pan de l’histoire de l’Algérie, depuis l’arrivée des grands-parents, venus d’Espagne, jusqu’au retour en France, au début des années 60. Et ça commence par une apostrophe terrible, lancée par le père à son fils – Tu n’as jamais été un vrai pied-noir ! – doublée d’une question en écho : Qu’est-ce qu’un vrai pied-noir ? Le récit est enlevé, brillant, philosophique, drôle (on y retrouve Heidegger, le perroquet de Là où les tigres sont chez eux), émouvant bien sûr, sur une période encore peu explorée dans le roman contemporain…Et avant tout, le magnifique hommage d’un fils à son père.

Marx et la poupée

Auteur : Madjidi, Maryam Editeur : le Nouvel Attila

Depuis le ventre de sa mère, Maryam vit de front les premières heures de la révolution iranienne. Six ans plus tard, elle rejoint avec sa mère son père en exil à Paris. À travers les souvenirs de ses premières années, Maryam raconte l’abandon du pays, l’éloignement de sa famille, la perte de ses jouets – donnés aux enfants de Téhéran sous l’injonction de ses parents communistes -, l’effacement progressif du persan au profit du français qu’elle va tour à tour rejeter, puis adopter frénétiquement, au point de laisser enterrée de longues années sa langue natale. Dans ce récit qui peut être lu comme une fable autant que comme un journal, Maryam Madjidi raconte avec humour et tendresse les racines comme fardeau, rempart, moyen de socialisation, et même arme de séduction massive.

Seules les bêtes

Auteur : Niel, Colin Editeur : ROUERGUE

Une femme a disparu. Sa voiture est retrouvée au départ d’un sentier de randonnée qui fait l’ascension vers le plateau où survivent quelques fermes habitées par des hommes seuls. Alors que les gendarmes n’ont aucune piste et que l’hiver impose sa loi, plusieurs personnes se savent pourtant liées à cette disparition. Tour à tour, femmes et hommes prennent la parole et chacun a son secret, presque aussi précieux que sa vie. Un grand roman noir autour de la solitude qui confine à la folie.

La baleine thébaïde

Auteur : Raufast, Pierre Editeur : Alma éditeur

Fraîchement diplômé, Richeville, jeune homme timide et idéaliste embarque au nord de l’Alaska, sur un bateau. Objectif : retrouver la fameuse baleine 52, qui chante à une fréquence unique au monde. Mais l’équipage affrété par le sinistre Samaritano Institute a d’autres desseins. Au menu : le sinistre Dr Alvarez, un hacker moscovite, une start-up californienne, une jolie libraire et des cétacés solitaires, mutants ou électroniques qui entrainent Richeville dans un tourbillon d’aventures extraordinaires. Mêlant science, fantaisie et tendresse, pierre raufast démontre avec brio dans ce troisième roman sa capacité inépuisable d’imagination et son talent jubilatoire.

La nuit des béguines

Auteur : Kiner, Aline Editeur : LIANA LEVI

A Paris, au Moyen Age, un bâtiment singulier borde la rue de l’Ave Maria, dans le Marais : le grand béguinage royal, fondé par saint Louis. Dans ses murs, vit une communauté de femmes hors normes. Veuves ou célibataires, nobles ou ouvrières, elles peuvent étudier, travailler, circuler librement dans la cité. Mais en 1310, la sérénité du béguinage est troublée par l’exécution en place de Grève de Marguerite Porete, une béguine de Valenciennes brûlée vive pour avoir écrit un livre qui compromet l’ordre établi…C’est là que commence le roman, alors que le royaume de Philippe le Bel amorce son déclin et que les persécutions contre les Templiers se multiplient. Ysabel, responsable de l’hôpital, vit là depuis vingt ans lorsque la jeune et rousse Maheut s’y réfugie. Celle-ci fuit des noces imposées par son frère, et la traque d’un inquiétant moine franciscain. Son arrivée est mal accueillie par la majorité des femmes du clos : les cheveux roux ne sont-ils pas l’oeuvre du Diable ? Dame Ade, qui aspire à se tenir en retrait du monde depuis la mort de son mari, regarde elle aussi avec méfiance la nouvelle venue.Ysabel est obligée de cacher sa protégée ailleurs dans la cité… Ce n’est que le début d’un saisissant suspense qui nous emmène dans une époque charnière d’une étonnante actualité.

Avant que les ombres s’effacent

Auteur : Dalembert, Louis-Philippe Editeur : SABINE WESPIESER

En guise de prologue à cette fresque conduisant son protagoniste de Lodz, en Pologne, à Port-au-Prince, l’auteur rappelle le vote par l’État haïtien, en 1939, d’un décret-loi de naturalisation in absentia, qui a autorisé ses consulats à délivrer passeports et sauf-conduits à des centaines de Juifs, leur permettant ainsi d’échapper au nazisme. Avant d’arriver à Port-au-Prince – à la faveur de ce décret – au début de l’automne 1939, le docteur Ruben Schwarzberg, né en 1913 dans une famille juive polonaise, a traversé bien des épreuves. Devenu un médecin réputé et le patriarche de trois générations d’Haïtiens, il a peu à peu tiré un trait sur son passé. Mais, quand Haïti est frappé par le séisme de janvier 2010 et que la petite-fille de sa défunte tante Ruth – partie s’installer en Palestine avant la deuxième guerre mondiale – accourt parmi les médecins et les secouristes du monde entier, il accepte de revenir pour elle sur son histoire familiale. Pendant toute une nuit, installé sous la véranda de sa maison dans les hauteurs de la capitale, le vieil homme déroule pour la jeune femme le récit des péripéties qui l’ont amené à Port-au-Prince. Au son lointain des tambours du vaudou, il raconte sa naissance en Pologne, son enfance et ses années d’études à Berlin, où son père Néhémiah avait déménagé son atelier de fourreur, la nuit de pogrom du 9 novembre 1938, au cours de laquelle lui et son père furent sauvés par l’ambassadeur d’Haïti. Son internement à Buchenwald ; sa libération grâce à un ancien professeur de médecine ; son embarquement sur le Saint Louis, un navire affrété pour transporter vers Cuba un millier de demandeurs d’asile et finalement refoulé vers l’Europe ; son arrivée, par hasard, dans le Paris de la fin des années 1930, où il est accueilli par la communauté haïtienne et, finalement, son départ vers sa nouvelle vie, muni d’un passeport haïtien.

Ma Reine

Auteur : Andrea, Jean-Baptiste Editeur : Asphalte éditions

Vallée de l’Asse, Provence, été 1965. Il vit dans une station-service avec ses vieux parents. Les voitures qui passent sont rares. Shell ne va plus à l’école. Il est différent. Un jour, il décide de partir. Pour aller à la guerre et prouver qu’il est un homme. Mais sur le plateau qui surplombe la vallée, nulle guerre ne sévit. Seuls se déploient le silence et les odeurs du maquis. Et une fille, comme un souffle, qui apparaît devant lui.Avec elle, tout s’invente et l’impossible devient vrai. Il lui obéit comme on se jette du haut d’une falaise. Par amour. Par jeu. Et désir d’absolu. Ma reine est une ode à la liberté, à l’imaginaire, à la différence. Jean-Baptiste Andrea y campe des personnages cabossés, ou plutôt des êtres en parfaite harmonie avec un monde où les valeurs sont inversées, et signe un conte initiatique tendre et fulgurant.

Catégories
  • Sélection 2018
  • Sélection 2017