Lycée Gaspard Monge – La Chauviniere

Lycée Polyvalent – Nantes

Pays de la Loire
Sélectionner une page

Neurosup

Ouverture d’une neuroclasse en 1ère STL.

I. Description de Neurosup

Neurosup est le seul projet français public de Neuroéducation. La neuroéducation étant le mariage entre les sciences de l’éducation et les neurosciences (l’étude scientifique du système nerveux et du fonctionnement du cerveau, depuis le niveau moléculaire jusqu’au niveau comportemental).

Implantation nationale des neuroclasses

Rentrée 2014 : cumul de 210 neuroclasses créées

Rentrée 2013 : cumul de 145 neuroclasses créées

Rentrée 2012 : cumul de 63 neuroclasses créées

Rentrée 2011 : cumul de 15 neuroclasses créées

 Intérêt général pour les élèves ?

1. La diminution du fatalisme

  • on sait désormais que rien n’est figé de par la naissance. Des connexions neuronales n’arrêtent pas de se créer, à chaque instant de notre vie.

  • Chaque jour, le cerveau change d’architecture en fonction de ce qu’il rencontre : c’est ce que l’on appelle la “plasticité cérébrale”.

  • Le cerveau prend des habitudes en fonction de notre environnement, mais il en accepte

volontiers d’autres (et c’est même son intérêt d’en avoir de très diversifiées). Il ne tient qu’à nous de les lui faire découvrir.

2. La découverte de soi-même et l’optimisation des efforts

  • En connaissant le mode de fonctionnement basique de son cerveau, on comprend mieux pourquoi on réagit de telle ou telle manière, que ce soit dans le milieu scolaire ou dans sa vie.

  • Il nous est possible d’agir consciemment lors d’un apprentissage en utilisant des astuces/modalités qui pousseront notre cerveau à assurer tout seul la deuxième partie.

  • Ainsi les efforts sont plus facilement ciblés et récompensés par des réussites. Les études ont prouvé que, lorsque l’élève est lui-même informé du fonctionnement de son cerveau, les progrès les plus importants sont au rendez-vous. Il ne s’agit donc pas de savoirs à ne diffuser qu’aux enseignants, les élèves aussi sont concernés.

 Intérêt pour les enseignants

1. La neuroéducation se penche sur les facteurs facilitant ou compliquant la tâche d’apprentissage (que l’on soit adulte, adolescent ou enfant), compte-tenu de ce que l’on sait du fonctionnement basique du cerveau.

2. Souvent (environ 70% des cas), elle confirme ce qu’un enseignant supposait déjà empiriquement être bien ; parfois elle nuance ce que l’on savait ou supposait (environ 20% des cas) ; parfois enfin elle apporte un démenti à ce que l’on croyait (environ 10% des cas).

Parallèlement, on dispose désormais de pistes intéressantes qui se dévoilent et que l’on peut tenter très facilement par petites touches auprès de nos élèves, l’air de rien … avant d’en voir rapidement les effets positifs.

Les conseils méthodologiques que l’on donne aux élèves ne sont plus aussi facilement rejetés par eux, car ils ne font plus l’amalgame entre la personnalité du professeur et le conseil qu’il donne. Le conseil est légitimé par ce que tous les êtres ont en commun sur le plan du fonctionnement basique du cerveau, et se trouve donc ainsi facilement reconnu comme utile à connaître.

II. Descriptif rapide de la Formation Neurosup

Principe novateur : les élèves reçoivent la même formation que les enseignants.

1- Constitution de l’équipe: M.Amgaad, Mme Briec, M.Lefevre, M.Loizelet, Mme Menant, Mme Leconte, Mme Pirovano, M. Gouyette.

2- Formation des professeurs en juin 2015.

 Une première partie constituée d’une conférence (1h30 questions comprises), titre de la

conférence : « Avoir le cerveau pour allié, pour apprendre comme pour enseigner »,

 une seconde partie consacrée à la formation Neurosup (5h00).

3- Formation des élèves à l’occasion d’environ 6 séances de 1h30 à 2h (en AP, par exemple, mais sans que cela soit restrictif au niveau des professeurs intervenants), dont chaque début est la projection d’une partie du diaporama support, et la suite est la mise en situations concrètes.

4- Chaque enseignant animateur d’un atelier le fait pendant 2h, durant un cours dédié à sa matière ou en AP. On privilégiera la co-animation.

5- Contenu : avancées neuroscientifiques légitimant la présentation de méthodes qui

permettent de « rentabiliser » les efforts fournis par un élève :

  • Séance 1 : présentation de la neuroéducation + les 3 cerveaux + aménagement espace de travail
  • Séance 2 : les limites de l’attention + le mythe du multi-tâches
  • Séance 3 : comment gérer la mémoire de travail + évocations mentales
  • Séance 4 : comment favoriser le stockage durable dans la mémoire à long terme
  • Séance 5 : les cartes mentales («mind maps»)
  • Séance 6 : répartition du travail + procrastination + comment se préparer à un DS

6- Aucune méthode présentée ne sera imposée durant l’année, ni aux enseignants ni aux élèves. Chacun puisera librement dans le panel ce qui lui semble efficient.

III- Le projet Neurosup est a priori intéressant pour les 1ere STL

 C’est un projet collectif qui peut contribuer à renforcer la cohésion entre les membres de l’équipe pédagogique et avec les lycéens.

 Il peut renforcer l’efficacité des dispositifs existants en termes de méthodologie : conseils des enseignants, AP.

 Ce sont des élèves qui s’installent facilement dans un fatalisme du style «je n’y arriverai jamais», «je n’ai jamais été doué en maths», «je n’arrive pas à me mettre au travail» , «je ne vois pas l’intérêt d’apprendre»…

 Il exploite un certain nombre de caractéristiques communes à tous les cerveaux sans nier les différences individuelles.

 Il est compatible avec une grande liberté pédagogique, car aucune méthode présentée ne sera imposée durant l’année, ni aux enseignants ni aux élèves. Chacun puisera librement dans le panel ce qui lui semble efficient.

 Ce n’est pas l’arme absolue : il ne va pas régler tous les problèmes des étudiants et il y a encore de la place pour d’autres initiatives, personnelles ou collectives.

Annexe : Liens utiles

 Site du projet Neurosup : http://www.neurosup.fr/

 Page web d’introduction à la neuroéducation (MathemaTICE) :

http://revue.sesamath.net/spip.php?article391

 Vidéo de la conférence d’Eric Gaspar (porteur du projet Neurosup) à l’UBS :

https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=aOcpR8K0VRs

C.LECONTE

septembre 2015